• je vous avez promis que toute les semaines vous aurez la lettre,du Jeudi

    je vous avez promis que toute les semaines vous aurez la lettre,du Jeudi

    Bonjour,

    Combien d'herboristes officiels reste-t-il aujourd'hui ? Zéro.

    Le calcul est simple, le diplôme d’herboriste a été supprimé le 11 septembre 1941 par le Gouvernement de Vichy, ceux qui pouvaient encore se targuer d'avoir un diplôme d'État ont donc environ 100 ans aujourd'hui et il ne doit malheureusement pas en rester beaucoup.

    C'est le constat que dresse le magazine plantes & santé spécialisé dans les plantes et le bien-être à l'occasion d'une pétition qu'il a l'intention d'adresser prochainement au ministre de la Santé, au secrétaire d'État à la consommation et au secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur.

    Aujourd’hui la profession d’herboriste disparaît alors qu'il y a une réelle demande de formation :

    "Au moins deux cents étudiants chaque année souhaiteraient devenir herboristes, mais aucune formation diplômante ne leur est proposée"

    expliquent les auteurs de la pétition. De nombreux organismes dispensent des enseignements d’excellent niveau mais sans reconnaissance de l’Université officielle.

    Six d'entre eux se sont regroupés dernièrement au sein de la Fédération française des écoles d’herboristerie.

    La commercialisation des plantes médicinales est maintenant réservée aux pharmacies (en dehors des 148 plantes médicinales en vente libre) et à quelques herboristes "survivants".

    Mais, comme le souligne Augustin de Livois, président de l'Institut pour la protection de la santé naturelle :

     « En France, les pharmaciens veulent garder un monopole dont ils ne se servent pas ».

    Or, explique la pétition - qui suit en cela les recommandations de Thierry Thévenin, président du Syndicat des Simples.

    Seuls des professionnels formés à la science des plantes disposant d'un diplôme spécialisé dans ce domaine ou les producteurs de plantes médicinales eux-mêmes, devraient être habilités à en faire la distribution.

    La revalorisation du métier d'herboriste est donc un enjeu de santé publique.

    Les herboristes existent et prospèrent au-delà de nos frontières.

    Au Royaume-Uni, en Suisse, en Allemagne et en Italie les herboristes sont libres d'exercer et de faire le commerce des plantes médicinales.

    La Belgique où s'est installée la Fédération Européenne d'Herboristerie présidée par Philippe Andrianne, botaniste, offre même des formations diplômantes en herboristerie.

    Le rétablissement du métier d'herboriste en France permettrait, explique la pétition, de :
    - Créer une nouvelle profession et de nouveaux emplois.
    - Améliorer la protection des consommateurs.
    - Favoriser la qualité, la transparence et le respect des ressources.
    - Rendre plus dynamique la filière agricole des plantes.
    - Conserver notre patrimoine culturel commun que sont les plantes.

    A peine trois jours après sa mise en ligne, cette pétition compte déjà plus de 10 000 signatures.

    Elle est hébergée sur le site « change.org »

    "Ainsi les signataires sont assurés que leurs adresses ne seront pas utilisées à des fins commerciales" 

    explique le mensuel Plantes et Santé qui compte bien mobiliser ses 40 000 lecteurs amateurs de santé par les plantes et même beaucoup plus car il vise

    500 000 signatures.

    Elle demande aux Ministères de la Santé, au Secrétariat d'État à la

    Consommation, et au Secrétariat d'Etat à l'enseignement supérieur de

    réviser le cadre législatif actuel qui interdit la vente de plantes médicinales

    hors du circuit des pharmacies et de rétablir dans le cursus universitaire

    une formation officielle au métier d'herboriste.

    La pétition est accessible à l'adresse : 

    www.change.org/herboriste 

    Partagez cette Newsletter ou ce lien pour atteindre les 500 000 !

    Sans transition, comme on dit à la télé, dans cette newsletter, nous avons deux conseils à donner aux gens qui ont le cancer.

    Le premier est donné par Michel Dogna et provient de recherches récentes : intéressez-vous à l'Artemisia annua.

    Le second est de lire un long roman, celui de Mirko Beljanski.

    Vous croyez peut-être connaître son histoire, mais Dominique Vialard est allé enquêter à la source, auprès de la veuve du chercheur, il y a dans son article des détails pas piqués des vers...

    C'est une histoire tellement longue... et passionnante... que je n'ai rien pu couper.

    Vous serez obligés de lire la suite en accès gratuit sur le site

     alternativesante.fr. 

    Une sacrée histoire qui se termine, malheureusement, par la mort accélérée d'un génie...

    Bonne lecture

    http://roses1600.eklablog.com

     

     

     Source  Alexandre Imbert, roses, sérénité

    « Trouver ci dessous les offres éclair chez amazonJ'utilise les produits Energie-Terre »
    Delicious Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :