• On nous rabâche depuis des années .....

    BONJOUR

    On nous rabâche depuis des années qu’il faut manger le matin au petit déjeuner et on nous explique même qu'il faut « manger comme un roi ».

    Mais je suis surpris de voir à quel point on prend ce conseil à la lettre sans réfléchir. C'est surtout ce qui est mangé au petit-déjeuner qui devrait retenir notre attention.

    Bacon grillé avec œuf au plat, brioche industrielle avec acides gras trans et sucre blanc raffiné, tartine de nutella, pain beurré-confiture, céréales + sucre + lait, jus d'orange et yaourt...?

    Tous les secteurs industriels ont leur prescription mais, sauf si l’on est travailleur de force ou jeune sportif, je prétends pour ma part que l’on mange trop et mal le matin.
    Pour conforter mes doutes sur le "roi petit dèj", je me suis adressé à une nutritionniste réputée mesurée, Christine Bouguet-Joyeux, auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, à l’occasion d’une récente rencontre.

    Elle a validé ce que je viens de vous dire en m'expliquant que ce qui compte, ce n’est pas un petit-déjeuner riche et lourd mais un petit-déjeuner tonique, à la mesure de chacun et de son activité.

    À la base, la plupart d’entre nous, relativement sédentaires, n’avons pas besoin de grand-chose « métaboliquement parlant » :
    Il faut surtout boire : il est important de s’hydrater au réveil pour relancer l’activité rénale. Les urines du matin, foncées, doivent rapidement redevenir claires.
    Et pour se sustenter, outre la cuillère de miel dans la boisson (ou de sucre non raffiné riche en oligoéléments comme le rapadura ou la mascobado), un fruit frais, accompagné d’une poignée de fruits secs, suffit à tenir jusqu’au repas de midi.

    Mais cette dame qui avoue aussi petit-déjeuner très frugalement m’a longuement parlé des méfaits du dogme du « repas de roi » mal compris et mal appliqué.

    Dans la foulée, elle m’a envoyé trois conseils valables pour tous

    Prenez le temps de consommer votre petit déjeuner de manière à bien le digérer et l’absorber, sans stress, et en respectant la phase première de la digestion : il faut bien mastiquer/saliver pour obtenir une fluidité suffisante de nos aliments au passage de l’œsophage, conduit souple et plat qui souffre des morceaux insuffisamment écrasés.

    Ceux-ci vont forcer l’estomac à un travail pénible et à une sécrétion excessive d’acide gastrique, sources de lourdeur, de brûlures et de reflux.

    Avalez quelque chose de consistant, indispensable pour obliger à mastiquer.

    N'optez que pour le naturel, c’est-à-dire des produits complets et non industriels, sans cuisson excessive, pour éviter les déséquilibres en particulier de la glycémie, et les carences, dont celles en vitamines, magnésium, fer et zinc.

    Et si vous avez quand même
    besoin d'un petit-déjeuner consistant

    Certains ont besoin d'un petit déj' consistant.

    J'ai donc à nouveau demandé l'avis de Christine Bouguet-Joyeux.

    Dans ce cas, me dit-elle,

     « le petit déjeuner doit être complet et varié dans ses composants, afin d’être suffisamment rassasiant et énergisant pour permettre de tenir le coup sans hypoglycémie jusqu’à midi, repas souvent avalé sur le pouce dans le stress, en attendant le retour chez soi plus au calme pour dîner en famille. »

    En gros voilà un programme pour les affamés du matin, que vous pouvez adapter à votre propre appétit : 

    Une boisson chaude = 500 ml de thé vert ou tisane de plantes toniques (thym, romarin...) sucrés avec une cuillerée à café et demie de miel.

    Un quart (25 g) de fromage de chèvre ou brebis sec à bien mastiquer ou bien 1 œuf à la coque.

    1 céréale ou assimilée (pain complet bio, ou flocons naturels y compris millet, quinoa, sarrasin, ou galettes de farine de sarrasin ou millet, ou pain des fleurs...).

    Avec du miel, un peu de beurre plutôt de brebis, ou huile d’olive, ou de la purée de sésame, noisette ou amande.

    2 fruits frais de saison ; évitez les jus de fruits surtout en bouteille ou pack, pas de compote sauf de fruits crus.

    Une poignée de fruits secs, au besoin trempés depuis la veille au soir pour faciliter la mastication avec noix, noisettes, amandes, raisins secs, etc.

    À dix heures, ajoute-t-elle, on peut couper une matinée un peu longue en croquant une pomme avec peau (lavée ou bio), ou une poignée de fruits secs.

    Compte tenu de l’épidémie de surpoids qui se répand, certains seraient bien avisés de revoir leur petit déj'. Et au lieu de faire une fixette sur le dogme des 3 repas par jour, on ferait mieux de s’inquiéter de la qualité de ce que l’on met sur sa table.

    http://roses1600.eklablog.com 


    Source, Dominique, Vialard, avec la participation , de, Christine, Bouget-Joyeux,

    poster par Annie Tauzin

    PS : Chaque mois, dans le magazine Plantes & Santé, retrouvez des recettes végétariennes adaptées à chaque type de pathologie (plantes-et-sante.fr).





     



    « UNE RECETTE POUR LES PETITS ET GRANDSL’EXERCICE POUR SOULAGER »
    Delicious Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :