•                                                Ne regardez plus les publicités par hasar

     

    Ne regardez plus les publicités par hasar

     

     

     

     

     

    J'ai découvert Publi-Addict et m'y suis inscrite le 29 Novembre 2014.

    Je voulais attendre de voir ce que cela donnait pour vous en parler.

    En tout premier lieu, à noter une chose importante,
     l'inscription est totalement GRATUITE et vous n'avez rien à acheter en contrepartie.

    En suivant le lien......  http://goo.gl/JlZ8h1 

    Cette plate-forme vous propose de regarder des publicités en échange d'une rémunération.

    Les publicités concernent des produits, activités innovantes, peu connus donc pour les personnes curieuses et aimant les découvertes, cela est d'autant plus intéressant.

    Quand on a le statut Bronze comme moi (débutant) on à la droit à 2 publicités par jour à 0,25 €, ce qui fait 15 € en 1 mois, sans compter le parrainage (non obligatoire) car pour chaque filleul inscrit vous percevez 0,50 €. 

    Le statut évolue de Bronze jusqu'à Platine ainsi que la rémunération par publicité qui suit l'évolution, à savoir de 0,25 € à 0,50 € par publicité.

    La plate-forme cible vos centres d'intérêts en vous posant des questions sur vos goûts/habitudes chaque semaine.


    Votre statut évolue en fonction de votre fidélité et du nombre de places disponibles, donc plus on s’inscrit tôt, plus on a de chances d'évoluer rapidement.

    Le site étant nouveau, il faut être patient pour que vous puissiez démarrer à visionner les publicités et évoluer dans les statuts, mais j'adore et adhère au concept. 

     

     

     

     Amicalement

     

    Annie

     


    http://roses1600.eklablog.com

     

     

    Ne pas hésiter à mettre un commentaire 

    Delicious Pin It

    votre commentaire
  •  Bonjour,

    N'êtes-vous pas choqué, comme moi, de constater que :

    La liste des médicaments aux effets secondaires dangereux, et parfois mortels, ne cesse de s'allonger.

    Les maladies modernes explosent (cancers, Alzheimer, Parkinson, allergies alimentaires, maladies virales, fibromyalgie)

    Les hôpitaux sont de véritables nids à microbes.

    Le corps médical prescrit à tour de bras des médicaments et des analyses, mais la guérison n'est pas souvent au rendez-vous.

    Des milliers de femmes et d'hommes qui en ont assez d'aller de déception en catastrophe, ont choisi la voie de la santé naturelle.

    Beaucoup en sont de fervents adeptes aujourd'hui.

    Ils sont comme nous : ils ne contestent pas systématiquement l'utilité du progrès médical, mais ils savent aussi qu'il faut s'en méfier, surtout lorsque des sommes colossales sont en jeu, et qu'il existe des alternatives naturelles, moins dangereuses.

    Et vous, les connaissez-vous ?

    Peut-être pas et c'est pour cela que nous avons créé la newsletter gratuite "Alternative Santé" qui s'est fixée pour objectif d'aborder la santé naturelle avec un ton nouveau.

    Réalisée en partenariat avec les magazines « Principes de Santé », « Plantes & Santé », « Bio Info » et avec Radio Médecine Douce, vous y retrouverez chaque semaine des points de vue inhabituels sur tous les sujets de santé qui vous intéressent et surtout, des solutions naturelles par dizaines qui peuvent venir à bout des principales affections.

    Nous vous rappelons les réflexes simples qui enrayent rapidement le développement des maladies (comme sucer des glaçons pour calmer une angine, mettre deux gouttes de jus de citron dans l'oreille pour se débarrasser d'une otite en quelques heures, prendre un bain « brûlant » pendant vingt minutes pour en finir avec la grippe).

    Nous sélectionnons pour vous les produits naturels les plus efficaces, ceux dont les résultats sont les plus probants (par exemple : la silice organique pour l'eczéma, la glucosamine pour l'arthrose, la graine de griffonia pour le stress et les insomnies, la coenzyme Q10 pour l'insuffisance cardiaque)

    Nous suivons pour vous les recherches des meilleurs spécialistes des médecines naturelles.

    Il y a parmi eux de très nombreux médecins, des pharmaciens, des biologistes, des scientifiques qui explorent en permanence les ressources insoupçonnées des traitements naturels.
    Il existe déjà de nombreuses lettres d'informations qui vous proposent des conseils et des remèdes naturels de santé. Nous le faisons aussi, mais avec un ton différent.

    Pas de catastrophisme alarmiste.

    Non, nous n'allons pas tous mourir !

    Bien sûr, il faut s'opposer aux médicaments nocifs, aux ingrédients dangereux, aux pollutions toxiques et aux états d'esprit malsains.

    Mais il existe des solutions pour y échapper, nous vous les donnerons.

    Pas de scientisme aveugle.

    Certaines guérisons ne s'expliquent pas, certains remèdes fonctionnent sans que la science moderne sache l'expliquer.

    Faudrait-il les passer sous silence sous prétexte qu'il n'y a pas de preuve de leur efficacité ?

    Pas d'ésotérisme béat.

    Conserver la santé ne tient pas du miracle ni de l'intervention de puissances magiques.

    Etre ouvert à des nouvelles approches de la santé ne signifie pas être crédule et illuminé. Nous gardons les yeux ouverts mais la tête froide.

    Pas de jargon médical.

    Le premier pas vers la guérison est de comprendre le mécanisme de la maladie.

    Nous ne ferons pas de vous un médecin diplômé, nous prétendons seulement vous donner les moyens d'être un patient éclairé.

    Dès lors :

    Ne vous étonnez pas de nos prises de positions, souvent anti-conformistes.

    Ne vous indignez pas de nos comparaisons audacieuses.

    Ne vous scandalisez pas de nos titres volontairement provocateurs.

    C'est le principe de cette newsletter gratuite qui n'aime pas « l'eau tiède .
     

    Chaque jeudi, nous vous ferons partager nos coups de gueule ou nos éclats de rire, nos réflexions et nos découvertes.

    Nous vous ferons rencontrer des hommes et des femmes exceptionnels, nous vous livrerons nos trouvailles et nos astuces.

    C'est un moment de détente et de réflexion que nous vous proposons chaque semaine, une ouverture.

    J'espère que nous vous ferons sourire parfois, ou au moins passer un bon moment.

    À jeudi prochain et d'ici là, prenez soin de vous.

      

    Http://roses1600.eklablog.com

     

    Annie Tauzin le 21 Janvier 2015, de Alternative Santé via Passeport Santé.net

    Delicious Pin It

    votre commentaire
  • Cher lecteur,

    Aujourd'hui, je vous donne les résultats de mes propres recherches et conclusions sur le douloureux problème des hémorroïdes, mais je ne prétends pas vous donner toutes les solutions naturelles.

    La moitié de la population touchée

    Environ la moitié de la population souffrira d'hémorroïdes à un moment ou un autre de sa vie, habituellement entre 20 et 50 ans.

    Ce n'est pas nécessairement un problème de personnes âgées ou constipées, cela peut arriver à chacun, y compris les personnes en bonne santé, mais qui passent beaucoup de temps en position assise.

    Les hémorroïdes, qu'elles soient internes ou externes, sont causées par la dilatation et l'inflammation de veines dans le rectum et sur l'anus.

    La principale différence est la douleur : les hémorroïdes internes ne font pas mal parce que les veines gonflées se trouvent dans la partie haute du rectum, qui n'est pas innervée.

    Il peut même n'y avoir aucun symptôme.

    Mais souvent, vous constaterez que vous avez un peu de sang rouge dans les selles.

    Les traces apparaissent sur le papier toilette ou sur la cuve.

    Le fait que le sang soit rouge prouve que le saignement a lieu dans la partie inférieure de la voie gastro-intestinale.

    S'il a lieu plus haut, dans l'estomac ou l'intestin, il a le temps de coaguler pendant la digestion et présente une couleur noire.

    Un autre signe d'hémorroïdes internes est la présence de selles liquides, et l'impression de ne pas avoir « fini ».

    Les hémorroïdes externes, elles, peuvent faire horriblement mal.

    Certaines personnes ne peuvent plus marcher. Non soignées, elles peuvent dégénérer en thrombose, c'est-à-dire qu'elles deviennent bleu violacées et saignent.

    Un problème de mode de vie

    La fréquence des hémorroïdes dans les pays industrialisés n'est pas une surprise, vu le régime et le mode de vie de la majorité de la population. Elles sont beaucoup plus rares dans les autres pays.

    L'origine des hémorroïdes est une pression trop forte dans des veines fragilisées. Cette pression est provoquée par les problèmes de digestion, causés par une nourriture pauvre en fibre, la sédentarité (en particulier la vie de bureau), l'obésité. Elle est fréquente également chez les femmes enceintes mais les hémorroïdes disparaissent après l'accouchement.

    Les habitudes aux toilettes peuvent aggraver la situation, provoquant irritations, saignements, et démangeaisons :

    Il est important de ne pas « pousser » aux toilettes. Le mouvement naturel des intestins doit provoquer l'expulsion des selles sans forcer, le moment venu ; vous pouvez toutefois exercer une légère pression, jamais plus de quinze secondes de suite, avec vos abdominaux ;

    Pour cette raison, il est important de ne pas attendre lorsque vous ressentez l'envie d'aller aux toilettes. Respectez le rythme naturel de votre digestion ;

    Ne restez pas assis plus que cinq minutes d'affilée aux toilettes. Cette position augmente la pression sur le rectum, ce qui n'est pas exactement le but recherché si vous avez déjà des veines en train de gonfler et d'éclater. Si nécessaire, levez-vous et aller faire un tour en attendant que l'envie revienne.

    Il ne faut pas frotter de façon excessive avec le papier toilette ; toutefois, la plus grande propreté est de rigueur, pour éviter inflammation et infections. L'usage d'un robinet d'eau pour se laver, tel qu'on en trouve dans les pays arabes, explique la moindre prévalence des hémorroïdes.

    La position assise en hauteur sur la cuvette ne favorise pas autant l'expulsion que la position accroupie, et c'est pourquoi la nécessité de « pousser » peut être d'autant plus forte. Une étude publiée dans les années 80 avait montré que, chez 18 personnes sur 20, le fait d'aller aux toilettes en position accroupie avait fait disparaître les hémorroïdes. Je ne suis pas en train de dire qu'il faut remplacer vos toilettes par un simple trou dans le sol ; mais il est d'autant plus important d'avoir un système digestif en bonne santé que la position dans laquelle nous avons l'habitude d'aller aux toilettes n'est pas exactement celle pour laquelle nous avons été conçus.

    Soyez attentif aux saignements

    Si vous avez des saignements liés aux hémorroïdes, consultez un médecin, en particulier si c'est la première fois que cela vous arrive.

    En effet, ces saignements peuvent avoir d'autres causes, plus graves, dont le cancer colorectal, qui est une forme répandue de cancer.

    A noter que la vitamine D est un des meilleurs moyens de diminuer votre risque de cancer du côlon. Assurez-vous de prendre votre dose de soleil et de consommer autant de poissons gras que possible (trois portions par semaine).

    Prévenir les hémorroïdes

    Les hémorroïdes sont le plus souvent provoquées par la constipation. La constipation, elle, est en général causée par un mauvais régime alimentaire, le manque d'exercice physique, le stress, et la déshydratation.

    Elle peut aussi être causée par l'abus de laxatifs chimiques, le syndrome du côlon irritable, et l'hypothyroïdie.

    Pour prévenir la constipation :

    Manger une nourriture riche en fibres. Attention, les fibres alimentaires n'ont rien à voir avec ce qu'on appelle des « fibres » dans le langage courant. Ce n'est pas parce qu'un aliment est mou, facile à avaler, voir liquide, qu'il ne contient pas de fibres. Il n'y a pas que le « All Bran ». Par exemple, le jus de poire est exceptionnellement riche en fibres. Les graines de lins, que vous devez écraser à l'aide d'un moulin à café avant de les consommer, sinon elles passeront tout rond dans votre système digestif, sont aussi une très bonne source de fibres. Il existe enfin des graines, originaires d'Inde, qui sont le laxatif naturel par excellence : le psyllium. Elles étaient déjà utilisées 10 siècles avant Jésus-Christ par les médecins de la Haute-Egypte et sont toujours aussi efficaces aujourd'hui. Veillez à choisir du psyllium bio. Allez-y doucement au départ si vous n'êtes pas habitué à manger beaucoup de fibres.

    Pour tonifier vos veines, mangez des flavonoïdes. Ce sont les substances qui colorent les fruits. Vous en trouvez en grande quantité dans les oranges fraîches... mais aussi dans le vin rouge. En fait, le vin, c'est de l'alcool plus des flavonoïdes en grande quantité. Il semble également que les populations consommant la moitié de leur graisse sous forme d'huile de noix de coco vierge aient de meilleures veines, et rarement d'hémorroïdes. 

    Buvez de l'eau riche en minéraux : la couleur de votre urine vous servira de guide pour savoir si vous êtes bien hydraté. Elle doit être jaune claire. Si vous prenez des multivitamines, ne vous étonnez pas cependant d'avoir des urines jaunes éclatantes, résultat de la vitamine B2. L'eau « Hépar », très riche en calcium, est efficace contre la constipation ;

    Consommez des probiotiques de haute qualité. Une bonne flore intestinale ne permet pas seulement une bonne digestion ; c'est une condition essentielle pour atteindre une santé optimale.

    Enfin, faites en sorte de maintenir votre niveau de stress sous contrôle. Eliminez de votre existence les sources inutiles d'angoisse, si vous le pouvez. Une vie plus détendue, des émotions mieux maîtrisées contribueront de façon peut-être décisive à éliminer les problèmes gastro-intestinaux, et par voie de conséquence les hémorroïdes.

    Remèdes naturels contre les hémorroïdes

     

    Cette édition de Santé Nature Innovation ne serait pas complète si je ne faisais pas la liste des produits naturels qui contribuent à guérir les hémorroïdes :

    La première plante à utiliser est indiscutablement l'hamamélis. Les Amérindiens l'utilisaient avant Christophe Colomb. La Commission E en Allemagne (sur les plantes médicinales), l'ESCOP et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent toutes l'usage de l'hamamélis pour soigner les varices et les hémorroïdes. Les feuilles et l'écorce de l'hamamélis renferment de 8 % à 12 % de tanins auxquelles sont attribués les effets astringents, anti-inflammatoires et hémostatiques de la plante. « Astringent » veut dire que les pores de la peau se resserrent sous son effet. La peau se raffermit.

    Pour renforcer les veines, le fragon faux houx (
    Ruscus aculeatus) est votre plante de choix. Surnommée la « plante des jambes légères », elle contient un glycoside stéroïdien, la ruscogénine, utilisé dans des pommades pour les hémorroïdes (Ruscorectal) ou les poches sous les yeux. En effet, sa racine, ou plus exactement son rhizome, a des vertus diurétique et vasoconstricteur, ce qui signifie qu'elle resserre les veines.

    A noter que la ruscogénine est souvent utilisée en association avec la quercétine. C'est un flavonoïde aux effets anti-inflammatoires qui est souvent associé à la vitamine C, et c'est à elle que le ginkgo et le millepertuis doivent leurs vertus médicinales. Prendre 200 à 400 mg trois fois par jour.

    Le marron d'Inde (
    Aesculus hippocastanum) renferme lui aussi des tanins catéchiques, des flavonoïdes, des dérivés puriques et des saponosides triterpéniques. Ceux-ci constituent laescine, connue pour des propriétés anti-hémorroïdaires. Il est très utilisé en homéopathie.

    En cas d'urgence et si aucune herboristerie ne se trouve à votre portée, vous vous contenterez de glaçons. Cela n'est efficace évidemment que pour les hémorroïdes externes, et vous prendrez soin de ne pas appliquer le glaçon directement, mais enveloppé d'un linge pour éviter de vous brûler la peau avec le froid. 

    Si vous avez de la crème d'aloe vera, vous pouvez vous en servir pour l'appliquer sur la zone douloureuse.

    Le traitement chirurgical doit être réservé pour les cas graves, en dernier ressort. Il se peut toutefois qu'il n'y ait pas d'autre solution.

    Si vous pensez que ce message pourrait intéresser, n'hésiter pas à la partage

    Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de NPSN Santé SARL, rue Faucigny 5, 1700 Fribourg

     


    Http://roses1600.eklablog.com

    Annie tauzin le 07 Janvier 2015 source santé, nature, innovation, article, de Jean-Marc Dupuis

    Delicious

    votre commentaire
  •    

    Les fruits et légumes de janvier à mettre dans votre assiette

     

     

     Les fruits de la passion

    -En plus d’être très peu caloriques avec 35 kcals pour 2 fruits de la passion, ces fruits exotiques sont aussi très bons pour la santé.

    -Ils possèdent des antioxydants comme du lycopène qui permettrait de se protéger contre le cancer, de la prostate, de la vitamine C dont l'effet défatiguant est bénéfique en hiver, ainsi que des oligo-éléments.        

    -Les fruits de la passion aideraient également l’organisme à lutter contre les maladies cardiovasculaires, contre certains cancers et contre les maladies intestinales comme la maladie de Crohn, grâce aux fibres insolubles qu’ils contiennent.

       

    Les fruits et légumes de janvier à mettre dans votre assiette

     

    Le navet

    -Appartenant à la famille des crucifères au même titre que le brocoli et le chou-fleur, le navet contribuerait à prévenir le développement de certains cancers.

    -La consommation de navet est aussi un bon moyen de contribuer à couvrir les besoins recommandés en vitamine C, puisqu’un navet en contient 11 mg.

    -La vitamine C contribue notamment à la santé des os, à la protection des infections et à l’absorption du fer.

    -Faiblement calorique car gorgé d’eau, le navet contient 18 kcals pour 100 g, soit l'équivalent d'un navet.

      

    Les fruits et légumes de janvier à mettre dans votre assiette

     

    Le céleri

    -Très peu calorique avec environ 6 kcals pour 40 g soit 1 branche, le céleri a de nombreux bienfaits sur la santé notamment grâce à sa forte teneur en polyacétylènes, des composés bioactifs qui auraient des effets anti-inflammatoires et antibactériens.

    -De plus, les graines de céleri contiendraient de l’apigénine, un antioxydant qui aide à prévenir différents types de cancers.

    - Le céleri étant riche en potassium, il pourrait servir à lutter contre l’hypertension et les problèmes de rhumatisme.

    Les fruits et légumes de janvier à mettre dans votre assiette

    L’endive

    -Crue ou cuite, l’endive, avec seulement 15 kcals pour 100 g est riche en potassium, un minéral excellent pour la régulation de la pression artérielle

    -De plus, l’endive contient une source non négligeable de bêta-carotène qui servirait à lutter contre le développement des maladies cardiovasculaires.

    -L’endive est une source de fibres importante notamment lorsqu’elle est consommée cuite, ce qui permet de favoriser le transit intestinal.

    Les fruits et légumes de janvier à mettre dans votre assiette

     

    Le litchi

    - Le litchi est un véritable fruit défatiguant grâce à sa teneur en vitamine C similaire à celle d'un agrume (=75 mg pour 100 g, soit 4 fruits ).

    -La consommation de litchi servirait à combattre les maux de tête et de ventre grâce à ses vertus antalgiques.

    -Le litchi contient aussi de la vitamine B3 (appelée aussi vitamine PP ou niacine) qui contribuerait à améliorer la qualité de la peau ainsi qu’à la diminution du taux de

    « mauvais » cholestérol (LDL).

     

    Http://roses1600.eklablog.com

     

    Annie Tauzin le 05 Janvier 2015, article trouver sur PasseportSanté.net

     

     

     

    Delicious Pin It

    votre commentaire
  •     

    Après un bon réveillon beaucoup on une belle  !!!!!

     Après un bon réveillon beaucoup on une belle Gueule de bois !!!!

     

    Voila..... Ce que vous pouvez faire maintenant

    Boire

    -Beaucoup d’eau, même si vous n’en avez pas envie.

    -Du jus, mais évitez les jus très acides, comme le jus d’orange.

    -Essayez aussi une tisane à la menthe, au gingembre ou à la camomille.

    -Du jus de tomate ou de légumes mélangés. Ils renferment des sels minéraux qui vous feront du bien.

    Manger

    -Prenez du bouillon salé, pas trop gras (de boeuf, de poulet, de légumes), même si vous n’avez pas faim.

    -Faites l’effort d’en prendre, au moins un peu à la fois, aussi souvent que possible.

    -Quelques craquelins ou un peu de pain grillé.

    -Du miel ou du sirop d’érable; tartinez-en vos craquelins, mettez-en dans votre tisane ou avalez-le à la cuillère.

    -Un oeuf poché, un aliment qui se digère très facilement, dès que vous vous en sentez capable.

    Prendre

    -De l’ibuprofène (Advil®, Motrin®, ou un générique), pour soulager votre mal de tête.

    Dormir

    Tamisez les lumières et fuyez le bruit.

    -Reposez-vous et dormez tant que vous le pouvez; vous travaillerez demain, lorsque votre foie aura fini de digérer l’alcool.

    À éviter

    -L’alcool. Le soulagement, s’il survient, ne sera que passager et vous risquez de vous engager sur une pente savonneuse.

    -Les boissons et les aliments très acides.

    -Les aliments riches en matières grasses.

    -Le café et le thé ou réduisez sérieusement votre consommation.

    -Évitez aussi tout ce qui renferme de la caféine, comme les boissons au cola, le chocolat ou certaines préparations pharmaceutiques vendues pour combattre la gueule de bois qui contiennent souvent de la caféine.

    -L’acide acétylsalicylique (Aspirine ou un générique) qui irrite l’estomac et l’acétaminophène (Tylénol , Atasol ou un générique) qui solliciterait trop votre foie déjà bien occupé.

    -Si vous êtes tenté par un des produits pharmaceutiques destinés à contrer la gueule de bois, lisez bien l’étiquette : plusieurs renferment, contre toute attente, de l’acide acétylsalicylique.

    -Les somnifères qui ne font définitivement pas bon ménage avec l’alcool.

    Mieux comprendre la gueule de bois

     

    Veisalgie, c’est le terme médical pour la gueule de bois.

    -C’est un néologisme formé en l’an 2000 par des chercheurs américains à partir du mot norvégien kveis (malaise qui suit la débauche) et de la racine grecque algia (douleur).

    -Ce syndrome ressemble beaucoup aux symptômes ressentis par les alcooliques en sevrage d’alcool : les experts y réfèrent souvent comme à un stade préliminaire du syndrome de manque associé au sevrage, mais il peut survenir même à la suite d’une consommation relativement modeste de boisson alcoolique.

    Les symptômes

    -Les symptômes de la veisalgie surviennent plusieurs heures après la consommation d’alcool, au moment où le taux d’alcool dans le sang approche de la valeur « 0 ».

    -Les symptômes les plus communs sont le mal de tête, les nausées, la diarrhée, une perte de l’appétit, des tremblements et de la fatigue.

    -La veisalgie est aussi fréquemment accompagnée de tachycardie (emballement du rythme cardiaque), d’orthostasie (chute de la tension artérielle au moment où l’on se lève), de déficiences cognitives et de confusion visuelle et spatiale.

    -Bien qu’il n’y ait plus d’alcool dans son sang, la personne souffrant de veisalgie a véritablement les facultés affaiblies sur les plans physique et psychique.

    Que se passe-t-il dans l’organisme?

    La digestion et l’élimination de l’alcool

    L’alcool est transformé par le foie en divers composés chimiques dont l’aldéhyde éthylique ou acétaldéhyde , une substance qui peut notamment causer des nausées, des vomissements, des sueurs, etc., lorsque l’organisme en est saturé.

    -Il peut s’écouler jusqu’à 24 heures pour que le corps transforme l’acétaldéhyde en acétate, une substance aux effets nettement moins désagréables.

    -La digestion de l’alcool exige un énorme effort de la part du foie.

    -Lorsqu’il est au maximum de sa forme, le foie peut éliminer environ 35 ml d’alcool éthylique pur en une heure, ce qui équivaut à environ une bière, un verre de vin ou 50 ml de vodka.

    -Il vaut donc mieux ne pas lui donner davantage de travail en absorbant des aliments trop riches en matières grasses.

    -Voilà pourquoi il n’est pas sage, non plus, de prendre davantage d’alcool pour faire passer la gueule de bois.

    -Ce serait entrer dans un cercle vicieux duquel il serait difficile de sortir sans dégâts.

    Durant l’intoxication alcoolique et la veisalgie qui s’ensuit, l’organisme subit une acidose, c’est-à-dire que le corps a plus de mal que d’habitude à maintenir l’équilibre acide/base nécessaire à son intégrité.

    -D’où les conseils visant à éviter de consommer des boissons ou des aliments acidifiants (jus d’orange, viandes, etc.) et de choisir des hydrates de carbone, plutôt alcalinisants (pain, craquelins, etc.).

    -Notez que la caféine et l’acide acétylsalicylique (Aspirine ou générique) sont acidifiants.

    La déshydratation

    -Tandis qu’il peine à digérer l’alcool, l’organisme souffre de déshydratation.

    -D’où la recommandation de boire beaucoup d’eau lors de la consommation d’alcool et dans les heures qui suivent.

    -Il convient également, pour contrer les effets de la déshydratation, de prendre des sels minéraux (jus de tomate ou de légumes, bouillon salé, etc.) afin de remplacer les électrolytes perdus et de rétablir l’équilibre au plus vite.

    -Il est utile, par ailleurs, de signaler que la caféine cause également la déshydratation, ce qui a pour effet d’accroître la détresse physiologique

     Facteurs aggravant la gueule de bois 

    La couleur de l’alcool

    -Diverses autres substances, nommées congénères, entrent dans la composition des boissons alcooliques.

    -Certaines d’entre elles peuvent contribuer aux divers symptômes associés à la gueule de bois.

    -Or, ces substances sont plus nombreuses dans les boissons alcooliques colorées (vin rouge, cognac, whisky, rhum ambré ou brun, etc.) que dans celles qui sont claires (vin blanc, vodka, genièvre, rhum blanc, etc.).

    Bruit et lumière

    -Passer de longs moments dans un endroit enfumé, bruyant et sous un éclairage clignotant ou scintillant peut aggraver les symptômes de la gueule de bois qui suit une fête2.

    Attention

    -Certains produits actuellement vendus dans le commerce pour prévenir la gueule de bois renferment un extrait d’une plante appelée kudzu (Pueraria lobata).

    -S’il est vrai qu’un extrait des fleurs de cette plante a déjà été employé traditionnellement à cette fin, les produits du commerce renferment malheureusement trop souvent un extrait des racines, lesquelles sont totalement inappropriées à cet usage, voire cancérigènes en association avec l’alcool.

    Comment prévenir la gueule de bois

    Six autres trucs à essayer si le coeur vous en dit

    Quelques données scientifiques permettent de proposer des interventions qui pourraient aider l’organisme à accélérer le processus de digestion de l’alcool ou à tempérer les hausses subites du taux sanguin d’alcoolémie.

    -Mélange de plantes amères et antioxydantes.

    -Ces plantes stimuleraient le foie et auraient une action anti-inflammatoire.

    -Le mélange (Liv.52 ou PartySmart ) comprend les plantes suivantes : andrographis (Andrographis paniculata), extrait de raisins (Vitis vinifera), Embelica officinalis, chicorée (Cichorium intybus) et Phyllanthus amarus.

    -À prendre en prévention suivant les recommandations du fabricant.
    Les résultats d’un essai clinique préliminaire5, mené par le fabricant auprès de moins de 10 participants, indiquent que le produit, pris avant et après la consommation d’alcool, aurait réduit de 50 % le temps nécessaire à l’élimination des taux sanguins d’acétaldéhyde.

    -Les symptômes de la gueule de bois auraient été moindres chez les participants qui avaient pris le mélange.

    -Chardon-Marie (Silybum marianum).

    -Cette plante pourrait accélérer l’élimination de l’alcool.

    -Le chardon-Marie renferme de la silymarine, une substance qui stimule le foie et contribue à sa régénération lorsqu’il subit un stress toxique.

    -Mais aucun essai clinique n’a été mené à cet égard.

    -Il conviendrait de prendre de 140 mg à 210 mg d’un extrait normalisé (de 70 % à 80 % de silymarine).

    -Vitamine C.

    -Cette vitamine pourrait aussi accélérer l’élimination de l’alcool, selon les résultats d’essais préliminaires 6,7.

    -On conseille généralement de prendre 1 g (1 000 mg) de vitamine C avant de consommer de l’alcool.

    -Le miel.

    -Il semble que le miel, pris en même temps que l’alcool, pourrait également accélérer le processus d’élimination de l’alcool dans le sang et atténuer les pointes d’alcoolémie sanguine.
    -Dans un essai clinique8 mené au Nigeria auprès d’une cinquantaine de jeunes hommes, la consommation de miel en même temps que l’alcool aurait eu pour effet d’accélérer d’environ 30 % l’élimination de l’alcool et de diminuer d’autant la pointe d’alcoolémie au moment de l’intoxication alcoolique.

    -De façon générale, les symptômes de la gueule de bois auraient été réduits de 5 %.

    -Mais pour arriver à cet effet lors d’une soirée bien arrosée, une personne qui pèse 60 kg devrait prendre environ 75 ml de miel, soit 5 c. à table.

    -Une telle quantité aurait également pour effet de faire grimper les taux de triglycérides sanguins et la tension artérielle.

    -Vitamine B 6.

    - La pyridoxine, ou vitamine B6, est reconnue pour ses propriétés antinauséeuses.

    -Un essai clinique avec placebo a été mené auprès de 17 adultes participant à une fête avec consommation d’alcool.

    -Selon les résultats, 200 mg de vitamine B6 (400 mg au début de la fête, 400 mg trois heures plus tard et 400 mg après les festivités, ou un placebo chaque fois) auraient eu pour effet de réduire d’environ 50 % les symptômes de la gueule de bois.


    -L’expérience a été reprise une seconde fois avec les mêmes participants, en inversant les groupes (ceux qui avaient pris la vitamine la première fois prenaient le placebo, et vice versa) : les résultats furent les mêmes.

    -Il est possible que d’autres antinauséeux, comme le gingembre (psn), ou des plantes traditionnellement prescrites contre les troubles intestinaux, comme la camomille allemande et la menthe poivrée, puissent être utiles également, ne serait-ce que pour atténuer l’intensité des symptômes au moment de la veisalgie.

    -Nopal (Opuntia ficus indica).

    -Cette plante aurait pour effet de réduire les symptômes de la gueule de bois. -Les résultats d’un essai clinique10 mené auprès de 64 jeunes adultes en santé indiquent que la prise d’un extrait tiré des fruits du nopal (Opuntia ficus indica) et de vitamines du groupe B, cinq heures avant une consommation abusive d’alcool, a fait diminuer les symptômes de la gueule de bois survenue le lendemain.

    -Le supplément aurait réduit la nausée, le manque d’appétit et la sécheresse de la bouche, d’après les résultats de l’étude.

    -Les auteurs ont aussi remarqué une association étroite entre un marqueur sanguin d’inflammation et la gravité des symptômes de la veisalgie.

    -Ils ont conclu que le nopal pourrait exercer son action bénéfique en diminuant la production des médiateurs inflammatoires.

    -Pour la posologie, suivre les indications du fabricant.

    ATTENTION

    -Si vous décidez de prendre un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) avant de boire de l’alcool afin d’atténuer les symptômes de la gueule de bois, choisissez l’ibuprofène et évitez de prendre de l’acide acétylsalicylique (Aspirine ou un générique) ou de l’acétaminophène (Tylénol , Atasol ou un générique).

    -Certains produits actuellement vendus dans le commerce pour prévenir la gueule de bois renferment la plante appelée kudzu (Pueraria lobata).

    -Évitez de prendre ces produits. Ils pourraient faire plus de tort que de bien.

     

     

    http://roses1600.eklablog.com

     

    Annie Tauzin le 1 Janvier 2015, Article trouver sur passeportsante.net

    Delicious Pin It

    votre commentaire